06/11/2013

Le jour où tout s'est éclairé - la mode la mode la mode

IMG_7402.JPG

Cela fait un moment que j'ai envie d'écrire ce billet, mais le manque de temps, et l'investissement dans plein d'autres activités ne m'ont pas permis de m'y atteler plus tôt. Il n'est jamais trop tard, laissez moi vous parler, aujourd'hui, de... mode. Oui.

Avant, la mode, pour moi, c'était : être bien habillée. Etre jolie. Avec des vêtements qui s'harmonisaient, faisaient une belle silhouette, et dont les couleurs matchaient parfaitement, entre camaïeux de tons et accords savamment orchestré de tonalités complémentaires. Si on remonte un peu dans les archives de ce blog, on peut voir notamment que les modèles dont je m'inspirais en terme de vêtements étaient des filles au look assez sage et sobre, Olivia Palermo, Gwyneth Paltrow, ou encore Rosie Huntington-Whiteley... bref, rien de très funky, plutôt du efficace.

Du coup, je ne portais presque que des slims aux tons neutres, gris, noir, denim. Des tops aériens, en dentelle, en lin, en coton, dans les mêmes couleurs. De gros gilets en maille, ou des vestes cintrées, structurées, en restant toujours dans la même palette chromatique. Parfois, lorsque je voulais changer un peu, je portais une jupe courte, et des motardes ou des cavalières. Simple, efficace. Réussi à tous les coups. Sans prise de risque.

Boring en fait.

Et puis, j'ai rencontré Alma. Je vous en ai déjà parlé, ici. Alma, une de mes mamans d'élève depuis l'année dernière. La rencontrer a complétement changé ma vision de la mode.

IMG_7404.JPG

Alma fait partie de ces personnes qui ont un œil infaillible, qui dégagent une aura incroyable, et qui sont toujours, toujours, hyper stylées, même en pantalon de jogging. Au début, les premiers mois où je la voyais, tous les jours, venir chercher sa fille dans ma classe, je n'avais pas remarqué qu'elle était plus stylée que ça. Je ne faisais pas attention. Et puis un jour, elle arrive avec ses New Balance aux lacets dorés (et les New Balance, il y a un an, ce n'était pas encore le must-have, c'était un peu avant-gardiste), une chemise en denim à petits pois boutonné jusqu'au col, et un gros collier strassé Swarowsky autour du cou. Là, je me dis : ah ouais, elle ose des trucs que je ne vois habituellement que sur les blogs... Et ça rend plutôt pas mal...

Un autre jour, elle débarque, en plein hiver, avec une longue jupe qui lui arrive aux mollets, des low-boots Isabel Marant en cuir (pas du tout les Dickers en daim que toutes les blogueuses mode s'arrachent, un autre modèle plus pointu et plus original), un ciré de pluie noir et un chapeau de pluie dans la même matière. Le pompon, ça a été le jour où elle est venue à l'école avec ses énormes lunettes à montures carrés vert python, qu'elle sécurise autour de son cou par une chaîne de breloques, et sur sa tête, une toque en fourrure vert fluo. Là, vous vous dites : ok, elle nous dépeint le portrait du professeur de divinations de Poudlard, Sybille Trelawney (Harry Potter for ever TMTC). Non non, je vous assure que, dit comme ça ça paraît loufoque, mais en vrai, c'était juste... bien vu.

IMG_7406.JPG

Alors ce qui est rigolo, c'est que certaines de mes collègues ont dit : non mais, quel style bizarre quand même... Elle est jolie mais elle ne se met pas assez en valeur, elle devrait porter des choses plus simples, là c'est trop hein, non vraiment c'est dommage, oh et puis ses grosses lunettes là ! Et cette toque, non mais franchement on dirait un clown c'est pas possible...

Et avec une des ATSEM, qui a mon âge et qui est fan de fringues et de bouquins (oui, l'ATSEM parfaite, on est d'accord) on essaie de leur expliquer : non mais les filles, c'est la mode, c'est un jeu, c'est fait exprès, elle s'amuse...

Rien à faire, elles ne sont pas d'accord, on abandonne la partie, tant pis. Mais dans ma tête, ça commence à cogiter. Et parallèlement, Alma et moi devenons copines. On papote de fringues à la fin de la journée, dans le couloir de l'école. On se retrouve pour boire un café, pour faire du shopping, pour déjeuner, etc... On parle fringues, mode, encore et encore. On discute des blogs, des blogueuses, des tendances qui se répandent comme des trainées de poudre après qu'une des prêtresses des blogs modes aient porté telle ou telle pièce sur son blog. Alma a un regard très lucide et aiguisé sur tout ça, et une définition toute personnelle de la mode. Elle a beaucoup voyagé, a des origines étrangères, et puise énormément dans ces sources plurielles et ethniques pour créer sa mode. Elle ne suit pas ce qui se fait, mais à l'instinct, elle tombe toujours juste, elle est une avant-gardiste. Par exemple, elle tripe sur une paire de sandales, au mois d'avril dernier. Quelques semaines plus tard, sur le blog de plusieurs blogueuses modes très pointues et très suivies, on peut voir ces mêmes sandales. Elle a un foulard à tomber par terre sur lequel je bave depuis des lustres, et hop, je finis par le voir sur le blog d'une autre fashionista célèbre des mois après. Elle s'achète une paire de Nike Air Max, je me dis : ouh la la, elle va loin là (bon, comme elles étaient rose et léopard, j'aimais beaucoup quand même...^^). Et non, la mode des running en ville déboule sans prévenir, on se retrouve toutes avec des baskets de course pour twister nos slims huilés. Je pourrais vous citer plein d'autres exemples... Elle cherche un legging en vrai cuir, en trouve un sur Ebay, me dis «Par contre la marque, je ne connais pas, c'est Paige Denim, mais ça a l'air d'être de la bonne came ! ». Des mois plus tard, Paige Denim est sur tous les blogs, dans toutes les références, c'est LA marque de pantalons qu'il faut essayer.

IMG_7408.JPG

Dernier exemple : la salopette. Alma m'a racontée comment, depuis des années qu'elle assume et revendique le port de la salopette, ses collègues la charrie, l'appellent Coluche, etc... Mais elle s'en fout, elle assume, elle aime les salopettes, elle tient bon. 

Aujourd'hui, la salopette, c'est un peu THE pièce à avoir et à oser porter...

Elle a le nez creux, comme on dit.

 

Et puis, ce que j'apprécie chez elle, c'est l'espèce d’éthique de consommation qui la gouverne. Depuis mon voyage cet été, je vous en avais un peu parlé, je réfléchis plus à ce que j'achète, d'où viennent les produits, je me demande plus souvent si j'ai vraiment besoin de tel truc, je cogite et ergiverse énormément sur ma consommation quoi. Et Alma, cette réflexion là, elle l'a depuis longtemps. Elle récupère beaucoup, customise, coud, chine. Elle rapporte des tissus des pays qu'elle visite, se fait ramener des bottes de telle copine partie en Algérie, un chèche d'un ami revenu de Palestine, un dessus de lit d'un voyage en Inde... Elle mixe les imprimés, les cultures, les matières, elle voue un culte aux belles choses, aux belles finitions, aux belles matières, à ce qui est durable, à ce qu'elle pourra transmettre à sa fille, ou garder toute sa vie et détourner pour d'autres usages. Et je crois que c'est la première fois que je rencontrais, en vrai, quelqu'un qui pense la mode, qui la réfléchi. Sans la consommer.

Et surtout, quelqu'un qui la créé, qui se créé sa mode propre.

 

Alma m'a fait réaliser que souvent, nous les filles, on confondait tout. On a l'impression qu'être bien habillée, c'est être jolie, voire sexy. On croit qu'être belle, c'est mettre en avant nos atouts, cacher nos imperfections. Et plus je regarde autour de moi, plus je trouve cette conception de la mode bien trop triste, bien trop fade. Et je me jette la pierre à moi en premier, cf ce que je dis en introduction de ce billet.

 

Alma m'a envoyée un jour cette phrase très connue : Life is too short to wear boring clothes. Je trouve que cette ''quote'' résume parfaitement le personnage. S'amuser avec les vêtements, se faire plaisir, essayer, se rater, réessayer, se trouver...

Se lâcher. Exister.

 

Depuis quelques mois, ses enseignements ont modifié ma vision des choses. Je m'ouvre plus, je bois les couleurs, les formes, les matières, les volumes, les imprimés. Je mixe, je joue, et je n'ai jamais eu autant de retours de la part de mes proches que depuis lors.

« Ah ah, sacrée Zadig ! Tu portes des running turquoise et jaune fluo avec un sac en peau léopard et un chapeau en feutre ?!

- …

- En même temps, pourquoi pas, c'est réussi...

:-)

 

Je continue de suivre des blogueuses connues et influentes comme on dit. Mais j'ai fait le tri. Je ne lis que les blogs de celles qui m'inspirent le plus, Absolutely glamorous en tête - Sushi et Pedro était my favorite, mais elle ne blogue plus...:-(

J'aime aussi beaucoup la vision de la mode que développe Fanny sur son blog Une touche de rose. Ses inspirations sont toujours décalées et avant-gardiste, elle aime mixer les imprimés, elle ose beaucoup, souvent. Ca me plaît.

 

Cette vision de la mode m'a un peu libérée. Je m'amuse beaucoup plus, j'ai rangé dans un carton la plupart de mes vêtements noirs, et j'essaie, depuis quelques mois, de ne plus m'acheter de basiques (on finit par en avoir assez, des basiques, à la longue), mais de mettre de l'argent de côté pour des pièces qui me plaisent, qui sont originales, décalées, différentes. Fortes quoi. Sans être des must-have non plus. Claquer 500 euros pour porter des Suzanna (Chloé), comme on en voit sur tous les blogs, et qui seront obsolètes dans deux mois (enfin, peut être même aujourd'hui, certaines blogueuses revendent déjà leur paire...^^), je ne peux pas me le permettre. Mais claquer 400 euros pour une paire de boots à l'imprimé girafe, créées à très peu d'exemplaires (et donc déjà sold out malheureusement), pourquoi pas (il faudra que j'économise beaucoup avant mais soit). Parce qu'elles sont plus originales, moins vues, et qu'elles correspondent vraiment, pour le coup, à l'idée que je me fais de la mode, en tous cas de la mienne, celle que j'ai envie de porter.

 

Victoria, sur son blog, a évoqué cela il y a peu. Comment elle a fini par se trouver, sans forcément rentrer dans les cases, dans les normes du féminin. Elle a trouvé, non ce qui lui va le mieux, mais ce qui lui correspond le mieux, à elle, à sa façon de concevoir sa mode. C'est aussi de ça dont je parle aujourd'hui, en fait. Alma a trouvé sa mode, et cela lui réussi plutôt super bien. Moi, je suis encore sur le chemin, mais j'approche du but, je commence à toucher du doigt ces saints Graals : ce qui me plaît, les idées que je veux véhiculer à travers ces choix...

 

Vaste sujet...

 

Ce que je voulais vous dire, tout simplement, c'était que, oui, définitivement, la vie est bien trop courte pour qu'on s'ennuie et qu'on essaye de rentrer le plus possible dans les moules, dans le bien, dans le sobre, dans l'efficace. La mode finit par ressembler à notre monde et à notre mode de consommation aujourd'hui : toujours plus vite, toujours plus simple, e-ffi-cace. Quoi de plus simple que de choisir, le matin, quand on pressée, entre un pull noir et un pull gris, un slim noir et un denim... ? Parce-que oui, s'amuser, réfléchir, ça demande du temps. Ca demande de s'arrêter deux secondes, d’observer le monde, les gens, de repérer des choses différentes, de laisser notre œil s'exercer. Ca demande du temps pour essayer, se tromper, changer, refaire, expérimenter. Prendre du temps pour s'amuser dans la mode : rien ne va plus à l'encontre de notre société et de notre mode de vie que ça. Etre différent, oser, accepter de ne pas se conformer, accepter d'être soi-même. Autant de perles que j'enfile en vous disant ça, autant de clichés poussiéreux, vieux comme la mode, mais toujours aussi vrai.

Etre belle, ce n'est pas être désirable, ce n'est pas porter du noir parce que ça aminçit, ou un décolleté plongeant pour faire oublier ses hanches. Etre belle, on le sait toutes en fait, c'est être soi. C'est s'être trouvée, c'est s'assumer, c'est assumer de ne pas rentrer dans le moule, assumer d'être la fille aux chaussettes dorées, aux derbies façon peau de girafe, assumer d'être celle que l'on regarde et que, secrètement, on admire d'avoir eu l'audace de. 

Voilà, aujourd'hui, j'avais juste envie de partager ça, de vous dire : lâchez vous, on n'a qu'une vie, profitons-en pour ne pas se prendre au sérieux.


Photos : Alma, la maman d'élève la plus stylée ever ;-)
Les images de ce billet sont privées et non libres de droits.  

Commentaires

J'ai beaucoup de mal avec les vêtements, je n'ai jamais été très fille sur ce coup-là ... Je ne parle pas des chaussures, je tourne avec 2 paires, et je les garde jusqu'à ce qu'elles meurent. Je fais pareil avec mon unique sac à main.

Moi je veux du confortable, du pas forcément très voyant, mais j'avoue que depuis que Pull&Bear est entré dans ma vie (lors d'un de mes voyages en Espagne, mais bonheur quand ils ont fini par livrer en France), puis Asos, j'ose la couleur et même les étoiles ...

Écrit par : Mlle M | 06/11/2013

Répondre à ce commentaire

Ohhhhh mais il faudrait lui demander ou elle a eu son poncho au mille couleurs à Alma parce que je le trouve magnifique !!!!!!!!!!!!!!!! :)

Très bel article au passage !

Écrit par : Lisa | 06/11/2013

Répondre à ce commentaire

Je ne sais pas trop par où commencer, peut être déjà en te disant que je partage à 400% cette vision de la mode que tu as. Tu as très très bien défini la façon dont, je trouve, chacune devrait appréhender "la mode": en essayant, en s'amusant, en choisissant des pièces qui nous plaisent parce qu'un peu fofolles/qui nous vont et non pas parce qu'elles sont dans tous les magazines de mode. C'est tellement dommage de voir toutes ces "bloggueuses influentes(?)" porter sur elles les lookbook Zara (où est la part de spontanéité là-dedans?), s'acheter toutes les mêmes paires de pompes I.M, et dire "telle pièce est à la mode cette saison il faut absolument l'avoir dans son dressing". Ah…? Pourquoi? Parce qu'être "à la mode" c'est avoir cette fameuse pièce que TOUT le monde a ?
Comme le dit si bien Alma (dont j'adddoooooooooooore le look !!!!), "les filles mélangent tout".
Ou alors, nous avons tout simplement une vision de la mode qui diffère.
Comme toi, j'ai très largement réduit mes lectures de blog mode et regrette que peu de filles soient comme Audrey de Sushi&Pedro: spontanées, personnelles, créatives et personnelles. Enfin, peut être qu'un blog du genre que nous ne connaissons pas encore ce cache quelque part ? Il y en a tellement !
En attendant, j'ai été très touchée par ces quelques mots écris à mon sujet, vraiment. J'ai les ai trouvé très justes, et ils m'ont fait ouvrir les yeux en résumant parfaitement la façon dont j'essaie d'appréhender la mode ! Car oui, jusqu'à présent je fait ma "tambouille" perso avec mes fringues, mais je n'avais jamais mis de mot sur cette dernière. Tu l'as fait, et tu l'as décrit avec les plus beaux compliments que l'on puisse me faire. Et tu n'imagines même pas à quel point cela m'a fait chaud au coeur…
En tout cas, même si je suis restée silencieuse jusqu'à présent (mais ça va changer!) sache que je passe régulièrement par ici et que j'ai bien noté ce changement dans tes looks, en me disant notamment il n'y a pas longtemps "wowwww" devant une photo que tu avais postée ;)
Alors hâte de voir tes prochains essais !

Écrit par : Fanny | 07/11/2013

Répondre à ce commentaire

Ah, la mode... Un sujet sans fin (et sans début non plus) et c'est tant mieux!
Ma mère m'a toujours dit "Pour être à la mode, il ne faut pas la suivre". Gamine, ça ne me parlait pas trop, mais en grandissant j'ai compris: ne pas suivre la tendance, et se faire plaisir! J'aime beaucoup ta citation "life is too short to wear boring clothes", et même si parfois je fais dans le facile pour le quotidien, rien ne me fais plus plaisir que de créer ma mode, celle qui me plaît, qui me va, qui est rock mais pas le rock des magazines à la con, et cute et retro, bref il faut se faire plaisir et être bien dans ses fringues!
Merci pour ce bel article, je suis impatiente de découvrir tes prochains looks ♥

Écrit par : cherrylou | 07/11/2013

Répondre à ce commentaire

Tiens, c'est drôle, ça me fait penser à une discussion que j'ai eue avec mes collègues il y a quelques temps... Elles sont toutes les deux dans du basique (jean/pull) et moi un peu moins (bon j'en suis pas au look d'Alma, que je trouve génial soit dit en passant même si ce n'est pas moi). ON parlait des tendances actuelles, de l'arrivée des leggings imprimés (je lorgne sur un zébré...faut que j'ose sauter le pas) et en fait elles en revenaient toujours à "mais comment on peut porter ça !". Il va falloir que j'aille bosser un jour avec un des mes trucs improbables, histoire de les bousculer un peu :) Toujours est-il que j'ai conclu le débat en disant que si l'on assume, toutes les pièces sont portables. C'est sûr que le poncho d'alma (qui est top !), si tu l'assumes pas, t'auras l'air dingue. Si tu l'assumes, t'auras juste l'air fun et bien dans ta peau :)
Bon après moi j'suis plus Zooey Deschanel qu'Alma niveau look, mais c'est aussi parce que le retro, ça me va plutôt bien, je me sens mise en valeur dedans, et complètement moi. Après je peux aussi être assez rock ou complètement loose... Bref, moi dans toute ma splendeur, totalement paradoxale !

Écrit par : Aliénor | 07/11/2013

Répondre à ce commentaire

Oh j'adore ! (bon sauf les basket, ça je n'ai jamais aimé.) C'est marrant ton billet tombe à pic par rapport à celui que je vient de poster sur mon fameux gilet.

(si tu as le temps et l'envie, je t'ai tagué)

Écrit par : samarian | 08/11/2013

Répondre à ce commentaire

oh et j'ai oublié, tu connais Leeloo ? Je pense que son look pourrait te plaire
http://ledressingdeleeloo.blogspot.fr/

Écrit par : samarian | 08/11/2013

Répondre à ce commentaire

Ha ha tout le contraire de ce que j'aime ! Moi être moi, c'est porter du noir et mettre en valeur ma taille et mes jambes... Les imprimés me déguisent, je n'aime pas les couleurs autre que sourdes et j'ai horreur des baskets, du fluo et des paillettes :-)
Chacun(e) son truc, hein :-D

Écrit par : Mona | 11/11/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire